Médias : Le journal Horizons Nouveaux Magazine International lance le prix Abram Petrovitch Hanibal

0
455

Le prix Abram Petrovitch Hanibal initié pour récompenser des personnalités dans divers domaines de la société vient d’être officiellement lancé par le journal Horizons Nouveaux Magazine International , un bimensuel indépendant bilingue des défis socioéconomiques et culturels paraissant à Douala.

 

 

 

 

Le lancement officiel a eu lieu le 10 octobre dernier au restaurant cabaret le Griot à Akwa, la capitale économique au cours d’une conférence de presse très courue par les femmes et hommes des médias.

Pour Pierre Claver Nkodo, le Directeur de publication dudit journal, ce prix récompensera ceux qui se seront distingués et qui auront été retenus par un jury qui, d’ailleurs, est déjà à pied d’œuvre.

Pour beaucoup de Camerounais, Abram Petrovitch Hanibal est un illustre inconnu qui, de par son nom, est un Russe. Mais c’est mal connaitre cet homme qui a été honoré par la Russie et dont une statue lui a été dédiée dans la ville de Saint-Petersbourg en Russie, une ville dont on dit qu’il est le principal bâtisseur. Ce dernier, des historiens l’ont bel et bien établi et le célèbre écrivain russe Pouchkine le reconnait comme étant son ancêtre, était originaire du Logone Birni dans la région de l’Extrême-Nord. Mais comment n’est-il pas connu dans son propre pays.

“Dans un monde marqué par l’égocentrisme, et par ce fait même, le manque d’intérêt pour des notions sublimes telles que l’intérêt général, la compétence et l’excellence, la presse, coutumière de par sa mission originelle des révélations des travers sociétaux, dont elle n’est du reste pas exempte, loin s’en faut, se rendrait complice du délabrement a priori inendiguable de notre société, si, par une certaine propension au manichéisme, elle ne marquait pas des fois une pause, pour reconnaitre qu’il existe toujours, au sein de nos communautés, des hommes et des femmes qui, chacun à son niveau, et en fonction des moyens dont ils disposent, travaillent avec ardeur, abnégation, et détermination, à donner à leurs contemporains, des raisons de croire et d’espérer.”

Pierre Claver Nkodo,

Dp de Horizons Nouveaux Magazine International

Abram Petrovitch Hanibal, un esclave devenu général

Les premiers écrits sur Abram Petrovitch Hanibal suggèrent qu’il est né en 1696 dans un village baptisé Lagon, la capitale d’une province mineure d’Ethiopie située “du côté nord du fleuve Mareb…”. Mais les recherches effectuées par le Dr Dieudonné Gnammankou de nationalité béninoise suggèrent aujourd’hui qu’il viendrait plutôt du sultanat de Logone Birni au Cameroun, au sud du Lac Tchad, et aurait été capturé par le sultan Abd El Kader de Baguirmi puis vendu à des marchands d’esclaves. Il sera ainsi conduit en Turquie avant de se retrouver en Russie dans la cour du Tsar Pierre Le Grand qui voulait savoir si l’intelligence d’un jeune noir équivalait celle d’un jeune blanc. C’est ainsi qu’Abram Petrovitch sera envoyé en formation en France et côtoiera de grands esprits de son siècle avant de revenir en Russie où il va œuvrer à la construction des fortifications des grandes villes de ce pays. A son retour à Moscou, il deviendra le secrétaire personnel du tsar et  superviseur des chantiers des forteresses militaires. Par la suite, il connaitra l’exil avant d’être anobli par l’Impératrice Elisabeth. C’est donc le nom de cet homme exceptionnel, ce compatriote inconnu dans son pays que Pierre Claver Nkodo a voulu attribuer au prix qui récompensera chaque année les personnalités qui se seront distinguées par leur travail, leur savoir-faire, leur manière de gérer.

La conférence de presse de lancement

Elle a consisté en deux exposés. Le premier par Pierre Claver Nkodo, le second par M. Mamat Djibrine, le représentant du président national de l’Association Culturelle des Sao (ACSAO) qui était à la tête d’une forte délégation des fils du Logone Birni.

Dans son propos liminaire, Pierre Claver Nkodo a fait savoir que le nom attribué à ce prix participait du combat permanent que mène son organe de presse depuis sa création pour une Afrique émergente. Pour lui, il s’agit de changer la perception selon laquelle l’Afrique n’a pas produit de héros, des inventeurs… Cette perception négative doit cesser et c’est en ce sens qu’il a entendu d’Abram Petrovitch Hanibal, de ses hauts faits et surtout de son origine africaine en général et camerounaise en particulier. Parlant du contexte de ce prix, il a laissé entendre : “Dans un monde marqué par l’égocentrisme, et par ce fait même, le manque d’intérêt pour des notions sublimes telles que l’intérêt général, la compétence et l’excellence, la presse, coutumière de par sa mission originelle des révélations des travers sociétaux, dont elle n’est du reste pas exempte, loin s’en faut, se rendrait complice du délabrement a priori inendiguable de notre société, si, par une certaine propension au manichéisme, elle ne marquait pas des fois une pause, pour reconnaitre qu’il existe toujours, au sein de nos communautés, des hommes et des femmes qui, chacun à son niveau, et en fonction des moyens dont ils disposent, travaillent avec ardeur, abnégation, et détermination, à donner à leurs contemporains, des raisons de croire et d’espérer.”

Et pour ce faire, sur une note d’optimisme, le Directeur de publication croit en un aujourd’hui meilleur qu’hier, espère que demain sera meilleur encore, croit que réaliser des lendemains qui chantent est possible si l’on se met résolument à l’ouvrage dès aujourd’hui, espère que le travail abattu par certains Camerounais permettra de léguer aux futures générations un héritage immatériel incorruptible par l’usure du temps.

 

 

Le prix Abram Petrovitch-hanibal se décline par conséquent en six composantes: Prix de l’effort national contre les fléaux sociaux, de la lutte contre la précarité, de fidèle serviteur de l’Etat et de la Nation, spécial acteurs de l’Emergence,  de la fraternité et de la solidarité et du mérite intellectuel.

Pour sa part, M. Mamat Djibrine dans son témoignage a rappelé l’importance de la personne d’Abram Petrovitch qui a été un célèbre général, un éminent mathématicien et surtout le grand-père du célèbre poète et dramaturge russe Pouchkine. Par la suite, il a rendu hommage au Dr Dieudonné Gnammankou qui a relevé les origines camerounaises de Hanibal, à Horizons Nouveaux Magazine International et à son Directeur de Publication pour cette initiative de faire connaitre ce digne fils Kotoko et enfin à tout le peuple Kotoko qui s’est reconnu en Abram Petrovitch et lui a rendu hommage et pour l’adhésion de ce peuple aux projets initiés avec l’appui du Dr Gnammankou dont la mise en œuvre d’un journal du festival Sao qui se tient tous les deux ans avec les frères du Tchad et du Nigéria, la création d’une chaire à l’Université de Maroua et portant le nom de Hanibal et enfin le tournage en cours d’un film sur ce dernier. Il a invité tous les Camerounais à s’approprier les valeurs mises en exergue par l’illustre général russe d’origine camerounaise.

C’est pour cela que les deux orateurs ont invité les femmes et hommes de médias à mieux faire connaitre la personnalité d’Abram Petrovitch pour les jeunes générations puissent s’identifier en lui comme un modèle.

Le prix est donc lancé, aux Camerounais de faire valoir leur mérite dans les différents domaines afin que leurs noms puissent figurer sur le palmarès dans les jours et mois à venir.

 

 

 

 

 

Facebook Comments
Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here